Mère au foyer

C’est la première fois que j’écris ces mots, qui me définissent pourtant dans la société d’aujourd’hui depuis dix-huit mois déjà. Je ne me suis jamais projetée maman à la maison avant ma grossesse, où là ce fut une évidence : je voulais être auprès de notre enfant jusqu’à ses un an environ (entre-temps la pandémie est arrivée et cette situation s’est prolongée quelques mois de plus, avant son entrée en crèche).
Pouvoir faire ce choix parental est un luxe alors que paradoxalement notre société ne valorise pas ce statut. Peut-être cela explique-t-il mon malaise, ou du moins mes questionnements et mes impressions très personnelles sur le sujet.

Quand on pense à la mère au foyer, on pense peut-être à nos mères et surtout nos grand-mères qui se sont « sacrifiées » (je n’aime pas du tout cette expression) pour élever leurs enfants. On peut penser aussi à ces femmes ultra épanouies dans leur rôle de mère et pour qui tout semble parfait ainsi.
Aujourd’hui, quand on pense aux mamans, on pense équilibre vie pro – vie perso, la femme sur tous les fronts, indépendante, la wonder-woman en puissance (pourtant épuisée par la charge mentale, contrainte parfois de passer à temps partiel et souvent moins bien rémunérée que les hommes).

.Je vous laisse ces interrogations, qui heureusement ne m’assaillent pas quotidiennement !

.

En ne participant pas à l’économie de notre société, suis-je une mauvaise citoyenne ?

En ne contribuant pas aux ressources financières de la famille, suis-je une mauvaise personne ?

En reproduisant la vision patriarcale de la femme qui reste à la maison, suis-je une mauvaise féministe ?

.

Je vous vois venir : être mère est le plus beau métier du monde, le plus difficile aussi, et élever un être humain, un(e) futur(e) citoyen(ne), apporte beaucoup à la société. Oui, mais pourquoi sommes-nous si seulEs face à cette tâche si grande ? On s’épate de voir des pères au foyer et c’est le silence radio quand ce sont les femmes qui restent chez elle, parce que c’est tellement commun, tellement normal au final…

Je ne sais pas trop quoi penser de mon identité de mère au foyer, car je me pense rarement comme telle peut-être ou du moins sans trop m’y attacher comme je le fais ici, et que surtout malgré les difficultés, malgré les doutes, c’est un choix que je ne regrette absolument pas,

J’avais envie de terminer ce billet par deux podcasts où des mères au foyer témoignent. Cela m’a fait personnellement le plus grand bien d’entendre ces voix-là, parmi une marée de podcasts sur les mamans entrepreneuses (des voix nécessaires aussi bien sûr, et que j’admire tout autant) : .

Podcast Le Tourbillon : Épisode 58 – Morgane, mère au foyer jusqu’à la rentrée

Podcast Et Maman tu deviendras : Épisode 22 : l’histoire de Marine, maman au foyer épanouie

.

N’hésitez pas à partager vos ressentis et vos ressources dans les commentaires !

.

7 commentaires sur “Mère au foyer

  1. J’ai 4 filles… Et j’ai tout testé, maison, boulot…. Et maison-boulot.
    Dans tous les instants j’ai vécu à fond les moments et surtout… J’ai été fière de mes choix. Pour moi la première fierté est le résultat obtenu…. Juste en étant moi même. Profite de tout ce que tu peux…. 🌼🌼🌼

    Aimé par 1 personne

  2. Une réflexion très importante et qui me tiens également à coeur. Comment assumer ses choix de femme au foyer tout en restant féministe. Je pense qu’être une femme aujourd’hui va au-delà des clichés sur ce que doit ou ne doit pas être une femme instaurés dans les generations précédentes. Notre generation est libre de choisir son propre chemin que ce soit en assumant son rôle de femme au foyer, de femme célibataire avec ou sans enfants, de femme professionnelle … nous sommes toutes égales et dans le droit de nos choix. Aujourd’hui, c’est ça notre force féministe. Se libérer des clivages sociétales.
    Merci pour ce partage Pauline.

    Aimé par 1 personne

  3. Quand je suis devenue maman et mère au foyer je me suis aussi remise en question quand à la vision que l’on en a et j’en avais meme écrite un article. Être mère au foyer, par choix ou non, c’est du boulot, et ce qui me fait voir rouge ce sont ceux qui pensent qu’une mère au foyer ne fait rien de ses journées, s’imaginent des choses en minimisant la fatigue de celle-ci. Bien qu’il y a eu des périodes difficiles, je suis contente de mes deux années à la maison avec mon fils car j’ai pu prendre le temps de le voir grandir.

    J'aime

    1. Je viens de lire ton article au sujet des mères au foyer au Japon et je le trouve très intéressant (pour les personnes souhaitant le lire voici le lien : https://frenchynippon.wordpress.com/2016/03/30/mere-au-foyer-au-japon/#more-3186 .
      La situation en Corée semble être la même qu’au Japon.
      S »occuper d’un enfant (sans même parler des tâches domestiques et de la charge mentale qui va avec), demande énormément d’énergie et de disponibilité tout au long de la journée, sans arrêt, alors les personnes qui pensent qu’on ne fait rien de la journée, cela me sidère vraiment…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s